« La gemmothérapie appliquée aux pathologies ostéo-articulaires »

Mon côté scientifique m’a rattrapé ! Ce mois-ci j’avais envie de vous parler d’un travail réalisé par une pharmacienne (Clémentine Dursus). Il s’agit de sa thèse, celle-ci est en libre accès sur le net (https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01714565/document).

Comme vous l’avez certainement déjà deviné, Madame Dursus s’intéresse aux pathologies osté-articulaires. Certains d’entre vous penserons tout de suite à l’arthrose, l’arthrite, la goutte, les rhumatismes de façon général mais n’oubliez pas qu’il peut aussi s’agir de lombalgie et de tendinites, ou de troubles de croissance.

La thèse fait 120 pages… si vous avez le temps je vous conseille de la lire car c’est une sacrée ressource pour mieux comprendre ce qu’est la gemmothérapie. Cependant, je peux concevoir que vous n’ayez pas envie de passer une soirée à la lire. Je vais donc essayer de vous faire un résumé.

La gemmothérapie est une branche de la phytothérapie qui utilise les tissus embryonnaires (cellules souches) des végétaux : bourgeons, jeunes pousses, radicelles, châtons, écorces… à l’état frais en voie de croissance, de renouvellement cellulaire.

A ce stade, les bourgeons sont composés de :

•  l’information génétique de la plante (méristème = tissu indifférencié)

• de principes actifs

• l’énergie vitale liée à l’important développement cellulaire

• des phytohormones (auxines, gibbérellines, cytokinine, abscissine ), minéraux, vitamines, flavonoïdes, oligo-éléments…

La présence de phytohormones, auxines et gibbérellines, permet de freiner le vieillissement tissulaire et notamment articulaire. C’est pourquoi un grand nombre de gemmothérapie trouvent une indication dans les pathologies ostéo-articulaires.

Les cinq grands gemmothérapiques de la rhumatologie :

  • Cassis : antioxydant, anti-inflammatoire, anti-arthritiques et anti-ostéoporosiques, adaptogène (augmente la résistance du corps à une agression, tonique en ayant un effet normalisateur sur le corps). Par son action sur les glandes surrénaliennes, il est également un immunostimulant.
  • Bouleau pubescent : propriétés purifiantes et drainantes très importante ; stimule les défenses immunitaires ; augmente la teneur en collagène des cellules.
  • Bouleau verruqueux : antioxydant, reminéralisant osseux, anti-inflammatoires, aide à rétablir les retards de croissance chez l’enfant et l’adolescent.
  • Vigne : processus néoformateur (ralentis les déformations articulaires), favorise la fixation du calcium.
  • Pin des Montagne : synthèse et maintien du tissu cartilagineux ; reminéralisant, action antalgique.

La gemmothérapie du système osseux et/ou articulaires

  • Prêle : grande quantité de silice => action reminéralisante ; fixation de calcium ; stimule la synthèse de collagène autant sur le tissu osseux que sur le tissu conjonctif.
  • Ronce : régénère les tissus défectueux ; action reminéralisante. Les jeunes pousses de ronce ont la capacité d’aider et de faciliter l’action des autres gemmothérapies.
  • Sapin pectiné : consolide la structure de l’os ; effet reminéralisant ; anti-douleur surtout au niveau du dos.
  • Frêne : diurétique ; combat acidose articulaire ; anti-inflammatoire (ligaments et de la synoviale).
  • Vigne Vierge : stimule le cartilage, les tendons et les ligaments.
  • Rosier sauvage : anti-inflammatoire, forte propriété antioxydante.
  • Aulne Glutineux : activité antioxydante, il va permettre de combattre les fâcheux effets de l’humidité qui aggravent en général les douleurs articulaires.
  • Airelle : anti-senescent féminin ; régulation du métabolisme calcique.
  • Sequoia : effet minéralisant

Forcément, résumer 120 pages à 3-4 pages revient à simplifier grandement et à utiliser des mots clés. En lisant cette liste de bourgeons et leurs propriétés, on se sent un peu perdu non ? Quand utiliser tel ou tel bourgeon… c’est justement là que la troisième partie de la thèse nous éclair ! Pour chaque pathologie un protocole est proposé en expliquant pour quelles raisons les bourgeons sont choisis.

Je ne vous listerai pas toutes les pathologies présentées car sinon je vais vous perdre mais voici quelques exemples :

« ARTHROSE GENERALE […]

Le bourgeon de cassis présente des propriétés anti-arthrosiques, antalgiques mais c’est surtout un puissant anti-inflammatoire de type cortisone-like, sans avoir les effets indésirables des anti-inflammatoires classiques. Nous avons vu que ce bourgeon protège et contribue même à la régénérescence du cartilage ce qui permet de redonner de l’élasticité aux articulations. Il permet également d’augmenter la souplesse des ligaments et des tendons. Le bourgeon de cassis sera pris de préférence le matin ou le midi, car par son action tonique, il peut empêcher de trouver le sommeil s’il est pris le soir.

Le bourgeon de pin à crochets présente des propriétés antalgiques grâce à son action sur l’inflammation douloureuse des tendons et ligaments. De plus, il permet d’augmenter la croissance des chondrocytes ce qui va limiter la dégradation du cartilage, responsable de l’arthrose.

Enfin le bourgeon de vigne y trouvera aussi sa place. Il présente la spécificité d’agir sur tout processus néoformateur. Ici, le bourgeon va donc cibler les ostéophytes afin d’en freiner leur production. Ceci permettra donc de ralentir les déformations articulaires, source de douleur et de raideur. »

« LOMBALGIE […]

Le but de la gemmothérapie n’est pas de traiter la crise aiguë, le lumbago mais d’éviter que la lombalgie aiguë ne se transforme en fond douloureux chronique. Cette phytothérapie rénovée va donc cibler les personnes souffrant de lumbago plusieurs fois dans l’année. Deux bourgeons seront utilisés pour limiter le risque de lumbago :

– le bourgeon de cassis qui va calmer la douleur en diminuant l’inflammation par sa propriété anti-inflammatoire de type cortisone-like.

– et le bourgeon de bouleau verruqueux qui présente également une activité anti-inflammatoire, qui va renforcer celle du bourgeon de cassis. Chez un patient arthrosique, deux cures seront proposées en alternance. »

« TENDINITES […]

La gemmothérapie peut trouver une place dans la thérapeutique puisqu’elle présente des parties embryonnaires ayant des actions sur les tendons. Peuvent être prescrits ainsi le bourgeon de cassis avec son activité anti-inflammatoire cortisone-like, le bourgeon de frêne à propriétés anti-inflammatoires sur les ligaments et tendons et enfin les jeunes pousses de vigne vierge, remarquable remède des tendons puisqu’il agit sur l’inflammation mais également sur son renforcement. La personne sujette aux tendinites pourra prendre :

Matin : bourgeon de cassis

Midi : bourgeon de frêne

Soir : jeunes pousses de vigne vierge

à hauteur de 5 à 15 gouttes pour les macérâts concentrés et 50 à 75 gouttes pour les macérâts dilués, 15 min avant le repas pendant une durée de trois semaines. Ceci pourra peut-être éviter ou retarder la prise de médicaments anti-inflammatoires. »

« OSTEOPOROSE […]

Pour la prévention de l’ostéoporose, cinq gemmothérapiques sont utilisables :

•Les jeunes pousses de ronce qui vont protéger la structure osseuse en diminuant l’ostéoclastogénèse, en d’autres termes en réduisant la destruction osseuse.

•Les jeunes pousses de rosier sauvage qui exercent une forte activité antioxydante.

•Le bourgeon de vigne qui, outre son action antioxydante, facilite la fixation du calcium au niveau osseux.

•Les jeunes pousses d’airelle qui agissent sur les deux mécanismes de la perte osseuse, par diminution de l’ostéoclastogénèse et augmentation ostéoblastique. Elles permettent également de faciliter l’assimilation du calcium au niveau intestinal et s’oppose à l’ankylose et la dégénérescence osseuse.

•Enfin les jeunes pousses de sequoia, antisenescent par excellence, assurent une meilleure vitalité de la trame protéique osseuse et donc une meilleure minéralisation. Par la stimulation ostéoblastique, ces jeunes pousses freinent le vieillissement osseux. »

« FRACTURE […]

Quatre gemmothérapiques peuvent jouer un rôle dans la consolidation de fracture :

• Le bourgeon de sapin en favorisant la fixation de calcium.

• Les jeunes pousses de prêle dont la teneur en silice permet une excellente reminéralisation.

• Les jeunes pousses de sequoia utilisées dans n’importe quelles pathologies décalcifiantes.

• Le bourgeon de cassis qui va combattre l’inflammation et réduire la douleur. »

Mon résumé se termine ici, j’espère qu’il ne vous aura pas assommé !

A la prochaine, je vais essayer de reprendre le rythme mensuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *