Alcoolature, Teinture, EPS, Extrait fluide…aie aie aie la galénique !

galénique phytothérapie

EPS, EFGM, SIPF, Extrait fluide, Teinture mère, Alcoolature, Gemmothérapie, Phytoembryothérapie…sont tous des produits de phytothérapie. L’idée de cet article est de vous aider à comprendre ce que sont ces produits que votre thérapeute ou vous-même avez l’intention d’acheter. Nous ne sommes ni médecins, ni pharmaciens, ni herboriste (même si nous aurions aimé l’être…) !

Phytothérapie

« Traitement ou prévention des maladies par l’usage des plantes. La phytothérapie fait partie des médecines parallèles, ou médecines douces. Dans la plupart des pays, notamment en Occident, seuls les médecins ont le droit de pratiquer la phytothérapie sous forme de consultation, et seuls les pharmaciens et les herboristes sont habilités à donner des conseils au moment de l’achat. » Dictionnaire Larousse

Plus que dans d’autres domaines, la galénique est essentielle en Phytothérapie. Par galénique il faut comprendre la forme d’administration (solution buvable, gélules, comprimé, poudre, etc.) c’est à dire le mode de fabrication et d’absorption de la plante choisie.

Commençons donc par celles-qui font beaucoup parler d’elles :

Les huiles essentielles

Lorsqu’on décide de se soigner avec elles, cela signifie que nous sommes dans le champs de l’aromathérapie. Elles ne représentent qu’une petite partie de la phytothérapie (~10%).

Les « eaux florales » ou hydrolat sont obtenus au même moment que les huiles essentielles lors d’une distillation.

La méthode de phytothérapie la plus ancienne est l’herboristerie. Il s’agit d’utiliser la plante fraîche ou séchée en décoction, infusion, macération. L’eau pure est un excellent vecteur des principes actifs des plantes. La plante séchée dans les règles reste un concentré pour tous les principes actifs.

Lhoméopathie fait elle aussi partie de la phytothérapie.

Pour ce qui est des autres produits de phytothérapie, c’est à peine plus compliqué. Il faut retenir que les plantes ont différentes molécules qui peuvent varier avec le stade de récolte et l’extraction utilisée. On retrouve donc des produits sous forme de sirop, de gouttes, de suppositoires, de gélules, de lyophylisats, de nébulisats (extraits de plantes desséchées par la chaleur), etc.

Voici un petit lexique pour clarifier ce qu’on entend par :

Teinture mère

Ce sont des macérations à froid de plantes fraîches dans l’alcool qui servent de bases aux dilutions homéopathiques. Le terme teinture mère est réservé à une préparation homéopathique non diluée, le codex pharmaceutique garantie que 10 g de teinture mère correspondent à exactement 1 g de la plante sèche. Pour éviter quelques soucis réglementaires vous pourrez trouver des macérations alcoolique nommées alcoolature ou encore extrait hydroalcoolique ou même extrait de plante mais là cela devient flou.

On utilise l’alcool car c’est un des meilleurs solvants : il permet d’extraire les substances aromatiques, les phytostérols, les saponosides, les composés phénoliques, les acides aminés ou encore les vitamines du groupe B.

EPS = Extraits fluides de Plantes Standardisées

La plante fraîche est cryobroyée avec de l’azote liquide (T° de -196°C…il ne faut pas laisser les doigts !), puis extraite dans un mélange d’eau et d’alcool. L’alcool est ensuite évaporé. La préparation ainsi obtenue est conservée dans de la glycérine végétale. Ce procédé est breveté en France par un laboratoire particulier.

EFGM = Extraits Fluides Glycérinés Miellés

Les plantes sont extraites dans un mélange d’eau, d’alcool et de glycérine. On rajoute également du miel mais surtout pour le côté gustatif.

SIPF = Suspensions Intégrales de Plantes Fraiches

La première étape est le cryobroyage à l’azote, puis vient une extraction dans un mélange hydro-alcoolique.

Extrait fluide

C’est une préparation très concentrée ou chaque millilitre d’extrait fluide représente 1 gramme de plante. C’est un produit souvent très cher.

Macérât glycériné ou gemmothérapie

Ici c’est les bourgeons, les jeunes pousses d’arbres et d’arbustes à l’état frais qui sont utilisés.

La matière première est constituée par les tissus embryonnaires végétaux : les cellules du méristème, ou totipotentes que l’on met dans une solution eau, alcool, glycérine/sirop d’agave/miel. On obtient alors une macération mère.

La préparation obtenue a une grande valeur énergétique et contient toute la puissance de la future plante avec les huiles essentielles, les résines, les vitamines, les minéraux, les hormones de croissance et la sève de la plante. On ne retrouve quasiment pas de terpène, ni d’alcaloïde au stade des bourgeons car ceux-ci se forment avec la chaleur.

Ampoule

En général, il s’agit d’une infusion concentrée, d’un extrait aqueux mis sous vide afin de le conserver indéfiniment.

Comprimé ou Gélules

Il ne faut pas les confondre avec les gélules de poudre. Il existe deux grands types de comprimés :

  • certains contiennent un extrait standardisé c’est-à-dire une poudre dans laquelle vous avez une garantie de quantité de substance active.
  • d’autres contiennent un extrait sec. C’est une extraction dans de l’eau ou une extraction hydro-alcoolique (= une teinture). Le liquide ainsi obtenu est évaporé pour récupérer une poudre concentrée appelé extrait sec.

Poudre ou Gélules de Poudre

Certaines plantes sont directement transformées en poudre puis parfois mis en capsule.

/! La poudre a tendance à s’oxyder plus vite, si la poudre est trop ancienne ou mal stockée, elle perdra ses principes actifs.

Macérât huileux

C’est une macération de plante dans de l’huile végétale qui est utilisé pour un usage externe, sur la peau, mais aussi en interne sur certaines muqueuses (vaginales, digestives). Les principes actifs liposolubles sont extraits de la plante, on retrouve donc dans ces macérât : les huiles essentielles, les cires, les caroténoïdes, les vitamines A, D, E, K, les stérols ainsi que les phyto hormones.

Onguent

C’est un macérât huileux épaissi avec de la cire d’abeille. Il a tendance à redevenir liquide lorsqu’il fait chaud.  C’est aussi une base idéale pour le rajout d’huiles essentielles.

Macération dans vins et vinaigre

Qui ne connaît pas le Vinaigre des 4 Voleurs ! Le solvant pour extraire les plantes est donc le vinaigre ou le vins. Cette extraction est utile lorsque l’on souhaite récupérer les minéraux (ortie, prêle…).

J’espère que cet article vous permettra de voir un peu plus clair !

Bibliographie

Cours de Marie Jo Fourès Institut Supérieur de Naturopathie

Cours de Christophe Bernard AltheaProvence

Formation Plantessence Jean COUDOUR

Dictionnaire Larousse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *