La Vigne rouge dans tous ses états

Cette saison automnale nous a donné envie de vous parler de la Vigne (Vitis vinifera).

Tous le monde connaît le « French Paradox ». Cette expression connue renvoie à la situation surprenante de la région du sud-ouest, où une consommation élevée de graisses animales est associée à un taux relativement bas de maladies cardio-vasculaires (relativement aux pays du nord de l’Europe et d’Amérique du Nord). Les réactions fasse à ce phénomène reste cependant un sujet de controverse. Néanmoins, personne ne nie les puissants effets des polyphénols.

Petite anecdote : Avant 1881, le Wincarnis été produit en Angleterre. Il était confectionné avec du vin de Porto, de l’extrait de viande de Liebig et de l’extrait de malt. Il était appelé « le meilleur tonique et réparateur du monde » …à l’époque on poussait le bouchon un peu trop loin !

La production de vin a également permis le développement d’une autre industrie : celle de la production des compléments alimentaires composés d’extraits fabriqués avec les résidus de pressage du raisin.

La peau des raisins de vigne rouge contient une forte dose de resvératrol, un polyphénol bien particulier ayant une puissante activité anti-oxydante.  Il est aussi connu pour avoir une activité oestrogénique (proche de celle des hormones féminines). On a remarqué que les cépages adaptés aux climats humides (pinot noir, cabernet sauvignon, par exemple) sont ceux qui contenait le plus de resveratrol, c’est aussi grâce à cette molécule que ces raisins se protégent des attaques de moisissures. Les vins rouges issus de ces cépages (dans la mesure où les jus de ces raisins sont broyés avec la peau) sont eux aussi moins sensibles à la moisissure… (c’est peut-être une raison supplémentaire pour en faire de bons vins de garde !).

Un peu moins connu que le French Paradox mais tout aussi intéressant il y a la monodiet de raisin. Celle-ci aide l’organisme à éliminer les toxines accumulées. Cette cure est conseillée en automne avant la saison hivernal car ce type de jeûne permet de renforcer son état de santé.

Passons maintenant aux pépins de raison qui sont riches en oligo-proanthocyanidines (OPC), ce sont des tanins qui permettent de :

  • Diminuer le stress oxydatif, effet anti oxydant
  • Diminuer le stress oculaire après un éblouissement
  • Soulager les insuffisances veineuses et les varices
  • Contrôler la prise de poids et lutter contre l’obésité (via une diminution spontanée de la quantité de nourriture ingérée)

On utilise aussi les pépins pour en faire une huile composée d’acides gras mono-saturés (oméga 9) et d’acides gras poly-insaturés (oméga 6). Celle-ci contient très peu d’acides gras saturés, et est riche en vitamine E. Quant à la présence de polyphénols antioxydants dans cette huile, il y a débat donc je ne m’avancerai pas. Cette huile pourra aider à régénérer les cellules de la peau. En termes de goût elle est plutôt neutre.

En ce qui concerne les feuilles de vigne rouge, elles sont aussi bourrées de molécules intéressantes (anthocyanosides qui donnent la couleur rouge ; flavonoïdes ; tanins, et les fameux proanthocyanidols).

La couleur rouge des anthocyanosides

Le terme de “vigne rouge” désigne des cultivars de vigne à raisin noir et à pulpe rouge dont le feuillage rougit à l’automne, partiellement ou totalement (exemple : Alicante, Gamay teinturiers, etc).

(Nota : si vous coupez en deux des raisins rouges, la plupart on une pulpe transparente.)

Historiquement, on trouvait quelques pieds de ces « cultivars rouges » dans toutes les parcelles de vigne. En effet, les années un peu compliquées, la pulpe rouge de leurs raisins permettait d’apporter un peu de couleur au vin rouge.

Alcoolature de feuilles de Vigne rouge

Les feuilles de Vigne se trouvent sous forme d’alcoolature, extraits secs, EPS ou encore en plantes séchées.

Je glisse ici un point de vue subjectif car après avoir ramassée du raisin, je suis allée cueillir de belles feuilles rouges. Je trouve que pour cette plante l’infusion est une préparation intéressante car vous pouvez vérifier visuellement que les feuilles de vigne sont bien d’un beau rouge profond.

L’alcoolature est aussi une forme efficace, celle-ci est bien adaptée aux personnes ayant un mode de vie un peu speed. En effet, il est parfois plus facile de prendre quelques gouttes dans un verre d’eau que de préparer et boire son thermos de tisane. Dans l’alcoolature, les feuilles sont cueillies fraîches et sont directement mises dans de l’alcool afin d’extraire les principes actifs et les conserver.

Quand pensez aux feuilles de Vigne rouge ?

Dès qu’il y a des troubles de la circulation car celles-ci améliorent la microcirculation et l’oxygénation des tissus.

Voici quelques exemples ou elles peuvent soulager :

  • Jambes lourdes,
  • Insuffisance veineuse,
  • Varices troubles fonctionnels de la fragilité capillaire cutanée (écchymose, pétéchies…),
  • Traitement symptomatique des hémorroïdes,
  • Troubles de la ménopause

Après le raisin, les feuilles, nous voilà au bourgeon (mon préféré !).

Trois grandes actions sont à souligner en phytothérapie :

  • Inflammation articulaire : il diminue considérablement toutes les douleurs articulaires de rhumatisme articulaire ou d’arthrose notamment.
  • Inflammation chronique : suite d’antibiotique, dermite, douleurs au niveau digestif ; hémorroïdes & phlébites
  • Gynécologie : endométriose, règles douloureuses, hémorragies utérines.

Je ne peux pas finir cet article sans parler de l’eau de vie qui est faite à partir de la distillation des moûts fermentés ; on peut la boire mais aussi l’utiliser en médecine !

Vous avez bien lu, cette eau de vie agit comme extracteur. Lorsque l’on parle d’une extraction alcoolique, le principe est d’extraire les composés d’une plante à l’aide de l’alcool. Celui-ci va permettre d’éclater les parois cellulaires végétales pour en extraire les composés (sels minéraux, composés aromatiques, vitamines, sucres, chlorophylle…). On peut aussi utiliser cet alcool comme conservateur, c’est le cas pour les fleurs de Bach : à partir d’une certaine concentration en alcool le milieu ne permet plus le développement d’agents pathogènes (bactéries, virus, champignons…), l’alcool reste une solution de désinfection universelle.

Il n’y a pas beaucoup d’articles sur ce sujet mais le type d’alcool utilisé, c’est-à-dire l’origine de l’alcool : la vigne, les céréales, la pomme…à son importance. Les fruits à pépin sont plus proches des plantes médicinales que celles à noyaux. Selon nous (et d’autres personnes !) l’alcool d’extraction idéal pour une préparation galénique herboriste est un alcool issu de la vigne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *